La quinzaine contre l’esclavage contemporain
- L’état d’un scandale

Une exposition de photographies itinérante 

 

L’esclavagisme contemporain

 

puce.gif (926 octets)Le thème

puce.gif (926 octets)Les femmes particulièrement fragilisées

puce.gif (926 octets)Une exposition qui dénonce

puce.gif (926 octets)Une exposition itinérante

puce.gif (926 octets)Le Descriptif du projet

puce.gif (926 octets)Le Photographe

 

Thème:

il s'agit ici soit de travailleurs et d'employés qui ont bénéficié d'un permis de travail, auxquels on a retiré systématiquement les papiers d'identité,   soit de personnes employées sans titre de séjour au service  des ambassades ou des fonctionnaires internationaux, à Genève haut lieu international de la défense des Droits de l’Homme. Leur jeune âge, leur inexpérience et leur résignation les prédisposent à accepter des conditions de travail indécentes et contraires à la dignité humaine.

 

Ils s’appellent Lerma, Ram ou Gedara.

D’origines diverses, ils viennent de Malaisie, des Philippines, du Pérou, du Bangladesh, du Maroc, ou d’ailleurs. Leur statut leur vaut d’être employé en Suisse, de n’avoir pas d’assurance sociale, pas de retraite, de subir des menaces lorsqu’ils veulent se défendre et se syndiquer; pour beaucoup, ils touchent des salaires dérisoires pour des horaires excessifs.

 

En l’absence flagrante de protection élémentaire, les abus régulièrement dénoncés sont les suivants :

- absence de couverture sociale et de contrat de travail écrit
- menaces de renvoi en cas de revendication ou de plainte
- confiscation des papiers d’identité et interdiction de se déplacer voire        séquestration
- salaires dérisoires ou insuffisants selon les barèmes en cours
- horaires de travail abusifs
- minimum de nourriture et indécence des conditions de logement
- mauvais traitements, harcèlements ou abus sexuels.

 

Les femmes sont particulièrement fragilisées :

domwrkrs.jpg (4593 octets) 80% des employés sont des femmes. En l’absence de protection des employées et sous couvert d’impunité des employeurs, tous les abus sont possibles. Nous sommes sous le régime de la force et de la volonté de puissance au gré de celui qui la détient. Dans ces conditions et de façon évidente l’éventail des abus est large et l’atteinte à l’intégrité des employées une constante…
Ainsi, atteintes à l’intégrité morale, psychique, physique, sexuelle ne sont que les degrés d’une même échelle.

 

 

 

 

 

 

Une exposition :

La présence de ces travailleurs sans droits en plein centre de l’Europe, dans la cité qui abrite les principales organisations internationales de défense des Droits de l’Homme : le Bureau International du Travail (BIT), les Nations Unies (ONU), la Croix Rouge Internationale (CICR) ne peut que susciter de l’indignation.

50 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, nous nous rallions à la Déclaration de Paris adoptée le 10 décembre 1998 par les Organisations non gouvernementales de défense des Droits de l’Homme.

Le projet d’une exposition de photos entend rendre justice à ces personnes qui témoignent de leur condition de travailleur et réclament leur dignité.

 

Après la commémoration du 50ème anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, cette exposition entend rappeler qu’au sein même de la Genève internationale, des personnes sont bafouées et niées dans leurs droits les plus élémentaires.

La méconnaissance et le mépris des droits et de la liberté de travailleurs constituent une réalité quotidienne impliquant les employeurs mais aussi les États qui ferment obstinément les yeux.

Cette exposition entend aussi dénoncer le décalage croissant entre les conditions souvent dramatiques d’employés et les discours lénifiants tenus par leurs employeurs et leurs États pour leur image internationale.

 

Nos soutiens sont européens, d’autres organisations, fondations, comités dénoncent ces conditions de travail qui nous font parler d’esclavagisme moderne.

Le propos de cette exposition n’est pas de dénoncer tel pays ou telle culture, mais bien de montrer qu’en l’absence de réglementation tous les abus sont possibles.

 

L’objectif de l’exposition sera de relier en 20 diptyques l’image de la dignité de chacun des travailleurs au récit de leur témoignage sur leurs conditions de travail.

Chaque diptyque sera composé de deux volets (80/100 cm). D’un coté, un portrait noir/blanc de pied en cap, relevant l’intégrité de la personne humaine, de l’autre l’énumération des conditions indignes de travail.

 

Une exposition de photographie itinérante 

 

L’esclavagisme contemporain
20 portraits noir/blanc
Photographe : Fausto Pluchinotta
Format: 80/100 cm
Qualité : papier baryte, qualité exposition
Support aluminium 2mm
Un catalogue d’exposition
Une affiche
Une campagne d’affichage

 

Fausto Pluchinotta - photographe, Genève Fausto Pluchinotta - photographe, Genève

Né en Sicile en 1950
De 1969 à 1975, il étudie et obtient le diplôme d’architecte au Polytechnicum de Milan
De 1976 à 1977, service militaire obligatoire.
De 1977 à 1982, il travaille comme membre du groupe international dirigé Jerzy Grotowski, metteur en scène et directeur du Théâtre Laboratorium à Wroclàw (Pologne).
De 1982 à 1985, il dirige à Volterra (Italie), le Centre culturel Il Porto et le Gruppo Internazionale l’Avventura.
Depuis 1986, il vit en Suisse à Genève, en tant que mari, père et photographe.

Théâtre :
Performances réalisées comme metteur en scène du Gruppo Internazionale l’Avventura:
L’avventura
Viae
Azioni nella città, également réalisé en version cinématographique, 16mm. couleur, durée 30 minutes, production Girasol France.
Città- Città
Città - Città, danza urbana
Performances réalisées comme metteur en scène du Gruppo Internazionale l’Avventura:
L’avventura
Viae
Azioni nella città, également réalisé en version cinématographique, 16mm. couleur, durée 30 minutes, production Girasol France.
Città- Città
Città - Città, danza urbana

Vidéo :
Vidéo :
Documentaires vidéo réalisés pour la Banca Intercomunale Audiovisi, Italia :
18 anni nel 2000
Sogno, lavoro e passione
N come nero

Photographie :
Activité professionnelle en tant que photographe d’architecture :
Publications pour les architectes Laurent Chenu, Jean Jacques Oberson, Inés Lamunière, Patrick Devantéry, pour la ville de Genève et l’Office Fédéral des Constructions.
Collaborations avec les revues Faces, Casabella, Arte et Decoraçao...
Activité professionnelle en tant que photographe d’architecture :
Publications pour les architectes Laurent Chenu, Jean Jacques Oberson, Inés Lamunière, Patrick Devantéry, pour la ville de Genève et l’Office Fédéral des Constructions.
Collaborations avec les revues Faces, Casabella, Arte et Decoraçao...

Activités personnelles et artistiques:
Les Grottes, portrait d’un quartier, brochure et exposition organisée par la F:A:G:
Les Pâquis, portrait d’un quartier, documentation photographique, ville de Genève
Îlot 13, portrait d’un squat, documentation photographique, ville de Genève
Deux fois rien, diptyques autour d’un quartier, exposition organisée par le Fond pour la Photographie, Genève
Temps de pause, le chantier comme espace théâtral, portrait des acteurs. Livre et exposition en préparation
Bienvenue en Suisse, La Suisse vue à travers ses douanes. Projet en cours de réalisation.
Les Grottes, portrait d’un quartier, brochure et exposition organisée par la F:A:G:
Les Pâquis, portrait d’un quartier, documentation photographique, ville de Genève
Îlot 13, portrait d’un squat, documentation photographique, ville de Genève
Deux fois rien, diptyques autour d’un quartier, exposition organisée par le Fond pour la Photographie, Genève
Temps de pause, le chantier comme espace théâtral, portrait des acteurs. Livre et exposition en préparation
Bienvenue en Suisse, La Suisse vue à travers ses douanes. Projet en cours de réalisation.

 

puce.gif (926 octets) Le Forum qui ouvre un espace de dialogue, venez vous inscrire

puce.gif (926 octets)  Les premières questions et réponses du Forum  

puce.gif (926 octets) L'état d'un scandale - l'esclavage contemporain

puce.gif (926 octets) Une exposition de photographies itinérante

puce.gif (926 octets) Histoires et récits – des victoires et des échecs

puce.gif (926 octets) Histoire de Teresa

puce.gif (926 octets) Organisation

puce.gif (926 octets)  FAQ (Foire aux questions)

puce.gif (926 octets) Liens

puce.gif (926 octets) Pétition   

Lire les premières questions et réponses du Forum