La quinzaine contre l’esclavage contemporain
- L’état d’un scandale -

Les libres propos de ce forum n'engagent que leurs auteurs et pas nécessairement Amnesty.

 

Questions et réponses les plus significatives du forum

1

puce.gif (926 octets)Jeudi 13 janvier 2000
  Question: Est-ce que les circuits économiques profitent de cette exploitation?

F.Meunier

Lire une réponse


2
puce.gif (926 octets)Mercredi 19 Janvier 2000
Question :"Est-ce que les grandes institutions internationales,   l'ONU, L'UNESCO etc. se sont prononcées sur l'esclavage ?

Lise

Lire la 1ère réponse

Lire la seconde réponse

 

 


3
puce.gif (926 octets)Jeudi 20 janvier 2000
Question: "Que deviennent les esclaves lorsqu'ils ont réussi à se libérer? 
Sont-ils renvoyés dans leur pays d'origine?"

Marthe



4

puce.gif (926 octets) Samedi 22 janvier 2000
Question:Enfants et travail.   Ayant personnellement pas mal voyagé,(Asie du sud est et ouest, Inde, Bengladesh, Amérique du sud...) pour O.N.G., je me pose une question, et vous la pose: L'interdiction du travail des enfants ne signe-t-il pas tout simplement leur arrêt de mort, dans des familles  plus que déshérités?  Vaste question à laquelle sur laquelle il est plus facile de  philosopher que de décider......J'ai en ce qui me concerne,beaucoup de craintes concernant  l'attitude à avoir, dans des pays, où, il  faut le dire, une vie d'enfant a si peu de valeur quelque fois!....

Françoise Joffre

  Lundi 24 janvier 2000
lire une réponse à Françoise Joffre.

 

puce.gif (926 octets) Dimanche 23 janvier 2000
une autre question sur le travail et enfants

Lire la réponse

 


5
puce.gif (926 octets)Samedi 22 janvier 2000
Question : Le travail en Corée du nord.   Est-il vrai que la plupart des fleurs en soie que l'on trouve en France viennent de structures quasi concentrationnaires, où sont internés des prisonniers politiques,ayant miraculeusement survécu aux    "interrogatoires"  et autres sévices , avant leur détention?   Si oui, quelle attitude peut-on attendre de nos gouvernants, envers les sociétés importatrices?  Merci.

Françoise Joffre.


Lundi 24 Janvier 2000
Lire une réponse:

 


6

puce.gif (926 octets)Mardi 25 janvier 2000
Question: Comment concilier l'immunité diplomatique avec  la nécessité d'agir contre les diplomates qui traitent leurs employés de manière indigne?

Rose Marie



7

puce.gif (926 octets) Lundi 24 janvier 2000 
Question : Au quadruple titre de citoyenne française, citoyenne du monde, adhérent de l'ACEC Grenoble et militante socialiste : Je demande aux responsables politiques de faire évoluer rapidement pour l'adapter aux tristes réalités présentes, à la fois;    
le droit français, le droit de l'Union européenne et le droit international
afin de traiter au plus vite le douloureux problème de l'esclavage contemporain.

Il s'agit de dénoncer les profiteurs, les responsables de l'esclavage contemporain, qui, pour certains se croient protégés par l'immunité diplomatique et de rendre leur dignité, leur santé,  leurs droits aux victimes de cet esclavage, de leur rétablir un état civil souvent détruit de les aider - suivant leurs vœux - soit de retourner   dans leurs pays d'origine pour les étrangers, soit  à s' intégrer dans la société du pays développé de leur choix.

Comme pour les atteintes humaine à l'environnement, dont les effets désastreux de la marée noire en Bretagne, il faut non seulement réparer, punir, mais aussi   "fixer les règles, voter les lois, les adapter, les changer, les rendre plus contraignantes" comme l'écrit Alain Genestar -  afin que les nouvelles institutions définies permettent la disparition de ces atteintes intolérables aux droits de l'homme.

Pour atteindre ce résultat j'en appelle aux décideurs qui sont les élus,
responsables et groupes politiques  à savoir : 
·       M. François Hollande pour le P.S. et les dirigeants de tous les autres
parties politiques français.
·       Monsieur le Président de la république
·       Monsieur Jospin, premier ministre et tous les ministres directement
concernés
·       Madame Guigou (Justice)
·       Monsieur Chevènement (intérieur)
·       Monsieur Védrines (affaires étrangères)
·       Monsieur Moscovici (affaires européennes
·       Monsieur Queyranne (Outre-Mer)
·       Les responsables de l'Union européenne.
Jacqueline Deixonne

(de l'avis du webmaster, ce texte qui n'est plus vraiment une question pourrait-être un sujet de pétition...Non? A vous de voir)


8
puce.gif (926 octets)Mercredi 26 janvier Question : que faire?
je suis très surprise et touchée de vos réponses, et de voir que je ne suis pas la seule à me poser des questions et surtout de recevoir des réponses. Pourtant, je me demande, face aux profits économiques ce que peut valoir notre mobilisation, et à vrai dire, je désespère un peu.Sensibiliser les consommateurs me parait être un vœux pieux, car face au caddy, il a tendance à penser budget plus que provenance, et nous sommes consommateurs!
   Le rejet de ces produits, si on peut réellement en connaître la provenance et le mode de fabrication  (ce dont je doute),ne peut-il avoir un effet désastreux sur des économies précaires, ou sur les "esclaves" qui les fabriquent?
   Ne pensez-vous pas que c'est au niveau des trusts eux-mêmes qu'il faudrait mener les actions non par un "boycott" mais par exemple par une surtaxe...ou autre,les idées humanistes me paraissant bien loin de leurs préoccupations?

F. Joffre

 


9
puce.gif (926 octets)Jeudi 27 janvier 2000

Quelques questions: Existe t'il une carte de l'esclavage contemporain? Y a t'il des pays plus particulièrement concernés? Est ce que des trafics sont organisés?
Peut- on définir une limite juridique entre exploitation et esclavage? Est ce que l'esclavage est identifié comme un délit par des instances internationales?

E. Closse

lire une réponse à cette question


10
puce.gif (926 octets)le dimanche 30 janvier
question : si l'esclavage sévit près de chez nous, que faire?

   J'ai parlé du travail des enfants dans le tiers monde, des "goulags"de Corée du Nord,
je pense que c'est Mme Lee qui était venue en France   nous sensibiliser sur ce sujet?
avec l'aide de Daniel Mermez de FR Inter?

Il y a autre chose , plus près de nous; les immigrés qui travaillent dans des conditions
épouvantables au cœur même de Paris. Ceci m'agace profondément de penser, car
j'ai très mauvais esprit, que de très nombreuses personnes savent, en vivent, reçoivent
(qui sait...) des gratifications pour leur silence.
Cet hypothétique mur de silence de complicité m'irrite. A qui peut-on faire croire, en effet que des ateliers clandestins groupant 20 ou 30 personnes, ou plus ou moins, peu
importe, ne soient pas connus des voisins, des autorités locales?....qui cache quoi?
quels profits derrière  ces comportements? Ces propos n'engagent naturellement que moi,  et non Esclaves Modernes, et ce ne sont, naturellement que des supputations.....
   Dans l'éventualité où il y aurait un peu de braise sous cette fumée, que faire concrètement, et qui saisir?
             cordialement.
F. Joffre


lire une réponse à cette question

 


11
puce.gif (926 octets)samedi 5 février 2000
question : comment transformer notre impuissance pour agir?
Depuis que je travaille sur le site et ai mis les docs sur l'esclavage contemporain, je suis plus sensibilisé sur ces violations des droits de l'homme, que je sous-estimais par manque de connaissance. Il est vrai que je me suis immergé ds ce travail depuis le mois d'octobre 99 à fevrier 2000.
A la lecture de certains textes,( le livre de Dominique Torrès "ESCLAVE") dont je cite des extraits, j'apprends que le problème "s'aggrave quantitativement (les descendants d'anciens captifs qui appartiennent encore à un maitre (Afrique et Asie), anciens propriétaires endettés, spoliés de tous leurs biens, condamnés à travailler leur vie entière- et leurs enfants après eux- chez un créancier qu'ils ne pourront jamais rembourser (Inde, Pakistan, Brésil).. enfants privés d'enfance et livrés aux employeurs marrons de l'artisanat, de l'industrie ou de l'agriculture (quatre vingt millions de gamins de par le monde - selon le rapport du Bureau International du Travail, à Genève -, dont vingt millions de "petits travailleurs "esclaves", vendus par leur famille)... domestiques sans identité légale, qui ignoreront jusqu'à la mort et le goût de la liberté et la notion même de leurs droits..."employés" migrants embauchés loin de leur pays, privés de papiers et corvéables à volonté.
De plus, le problème s'est aggravé qualitativement. Loin d'être le seul fait de sociétés archaïques, il trouve en effet ds l'économie moderne, "libéralisée" à présent sur les 5 continents, des formes inédites, une nouvelle utilité. Le travail "délocalisé" ou clandestin, la nécessité d'amoindrir à tout prix les coûts de production pour faire face à la concurrence lui ouvrent chaque jour de nouveaux espaces, de nouvelles complicités. "
Face à cela, je me sens impuissant.
Par où commencer? quels cas défendre pour ne pas se disperser? Pourquoi ceux-ci et pas ceux-là? Et les enfants?
Il serait intéressant et plus efficace de commencer par balayer devant notre porte. Au départ, pourquoi ne pas faire une pétition adressée aux députés de nos régions, afin que des enquêtes soient faites dans les consulats ou ambassades françaises à l'étranger, afin que ces structures officielles ne pratiquent pas l'eclavage domestique. Ensuite, élargir cette pétition afin que les auteurs de ces violations attribuées à l'esclavage contemporain, à quelque niveau que ce soit, en France soient poursuivis et condamnés. Cela pourrait être un commencement et un recentrage pour un début d'action.
qu'en pensez-vous?
Cordialement
Fernand

lire la 1ère   réponse à cette question

Lire la 2ème réponse

Lire la 3ème réponse

 

 


puce.gif (926 octets) Le Forum qui ouvre un espace de dialogue, venez vous inscrire

puce.gif (926 octets)  Les premières questions et réponses du Forum  

puce.gif (926 octets) L'état d'un scandale - l'esclavage contemporain

puce.gif (926 octets) Une exposition de photographies itinérante

puce.gif (926 octets) Histoires et récits – des victoires et des échecs

puce.gif (926 octets) Histoire de Teresa

puce.gif (926 octets) Organisation

puce.gif (926 octets)  FAQ (Foire aux questions)

puce.gif (926 octets) Liens

puce.gif (926 octets) Pétition