LA LETTRE D'A.I.
Bulletin d'information du groupe 248

N° 217 - mars 2007

        SOMMAIRE

I Le Groupe 248
II - Les actions des sous-groupes

I- GROUPE 248   

10 présents à la réunion du 1 er mars 2007, dont une nouvelle venue de Crolles.

  • Nouvel horaire et nouveau lieu de réunion

Selon la décision prise lors de la dernière Assemblée générale, les prochaines réunions auront lieu le premier mardi de chaque mois à 18h 30 dans la salle du Conseil municipal de la Mairie de Montbonnot.

  • Repas du groupe

Il avait été fixé en novembre, mais après consultation de la Mairie, il devrait avoir lieu le 1 er décembre à la Maison pour tous de St Nazaire.

  • Table ronde « Violences faites aux femmes, une affaire d’Etat »

Elle se tient le 8 mars à 18h à la Maison des Associations de Grenoble. Animateur Denis Requillard. Elle tentera de répondre aux questions : Quelle est la situation en Isère, quelle est l’action des institutions, comment la loi est-elle appliquée ? Cette manifestation s’adresse aux professionnels et aux associations.

  • Exposition « Femmes » du 6 au 24 mars à la Bibliothèque de Crolles.

Le vernissage a lieu le 9 marsà 18h30. La présentation sera faite par Odile et Jeanine. Ce sera l’occasion du dépôt des pétitions sur le Mexique et des lettres consacrées au Darfour

  • Manifeste pour les droits humains.

A l'occasion de l’élection présidentielle de 2007 et des législatives qui suivront, AIF a décidé de faire un manifeste pour rappeler que la France doit placer les droits humains au cœur des politiques intérieure et internationale et condamner sans ambiguïté les violations des droits humains. L’objectif est de diffuser le plus largement possible le message d’AI. Nous diffuserons cette plaquette auprès des candidats aux élections législatives.

  • Financement d’AI

A partir de la synthèse et du document d’aide envoyés par la SN, les participants à la réunion ont essayé de répondre au mieux aux questions posées.
Il ressort de la discussion que la grande majorité est favorable au maintien de la croissance d’AI et de son développement dans les pays de l’Est et du Sud, mais qu’elle pense que les fonds en provenance des entreprises menacent autant l’impartialité du mouvement que ceux en provenance des Etats, et que les critères de contrôle seront difficilement applicables. On s’est demandé si une croissance de 10% était nécessaire, et quel serait le coût du contrôle du partenariat. On a remarqué que les agences de notation sont par ailleurs loin d’être fiables, et que, par rapport à la plupart des autres ONG, Amnesty doit faire face à moins de dépenses.

  • Composition du groupe

Il est nécessaire de faire le point. Marie se propose de contacter ceux qui n’ont pas assisté aux dernières réunions.

  • Rallye vélo de Crolles

L’année dernière, il a été annulé du fait du mauvais temps. Les 300 bracelets AI achetés pour la circonstance n’ont donc pas pu être écoulés. Henriette et Marie restent en contact avec les responsables de l’association organisatrice la FCPE.

II- LES ACTIONS

1- Campagne sur les violences à l’encontre des femmes

La circulaire n°23 envoyée en février incite les groupes à faire connaître le Manifeste et plus particulièrement les recommandations concernant les violences faites aux femmes à l’occasion du 8 mars. Un tract spécial 8 mars accompagne cette circulaire, ainsi qu’ un document destiné à expliquer ces recommandations et qui résume les avancées législatives qui ont eu lieu en France depuis la sortie du rapport « Les violences faites aux femmes en France, une affaire d’Etat ».
Un questionnaire à renvoyer pour la mi-mars est destiné à l’élaboration de la suite de la stratégie de la campagne.

  • Campagne Armes, un marché hors contrôle

La campagne "Contrôlez les armes" continue. C'est ce qu'ont récemment décidé les membres de la plate-forme internationale (Amnesty International, Oxfam International et le Réseau d’Action Internationale sur les Armes Légères). Les éléments de la nouvelle stratégie de la campagne sont en cours d’élaboration. En attendant, de nouvelles avancées ont lieu. Ainsi, les membres de la plate-forme française « Contrôlez les armes » ont obtenu, par le biais d’Amnesty International, l’adoption le 8 février dernier d’un avis de la CNCDH sur le projet de loi visant l’interdiction des opérations d’intermédiation sans autorisation. L’avis pose deux recommandations. La première concerne l’extension du champ de la définition des opérations d’intermédiation à tous les acteurs impliqués dans le commerce des armes en plus des courtiers c'est-à-dire les transporteurs et les financiers. La seconde vise à étendre le champ d’application du régime d’autorisation préalable aux activités d’intermédiation aux nationaux français non résidents et aux nationaux français non établis en France.

En ce qui nous concerne, nous avons adressé des courriers aux députés de notre région leur demandant d’agir de façon à ce que le projet de loi sur l’intermédiation soit inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale avant la fin de la législature le 22 février.

Les diamants du sang
Le film Blood Diamond passe actuellement dans les salles de Grenoble

3- Campagne « Non à la torture et aux mauvais traitements dans le cadre de la guerre contre le terrorisme »

Actions renouvelées en faveur de Jumah al Dossari et Sami al Hajj, détenus à Guantanamo

  • Jumah al Dossari , originaire du Bahreïn, a été arrêté au Pakistan fin 2001. Remis au bout de quelques semaines aux autorités américaines qui l’ont détenu sur la base de Kandahar en Afghanistan, il a ensuite été transféré à Guantánamo au mois de janvier 2002, juste après l’ouverture du camp. Il a rédigé un long témoignage, remis par son avocat à Amnesty, dans lequel il évoque les conditions atroces de sa détention et affirme avoir été torturé. D’où une douzaine de tentatives de suicide par lesquelles, a-t-il déclaré, s’expriment à la fois son désespoir et sa volonté de faire connaître au monde l’injustice dont les détenus de Guantánamo sont victimes. L’action est sur le site Internet d’AIF : http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/agir/actions_en_cours/etats_unis_d_amerique/actions/etat_de_sante_detenu_de_guantanamo
  • Sami al Hajj , cameraman d’Al Jezira, est l’un des neuf Soudanais qui demeurent détenus à Guantanamo, sans avoir été inculpé ni avoir bénéficié d’un procès équitable. Il est proposé aux militants d’écrire à l’ambassade du Soudan à Paris, afin de pousser les autorités à obtenir la libération de ces détenus, comme l’ont fait les parlementaires soudanais auprès de leur Président, Omar Hassan al-Bashir.

Fermez Guantanamo maintenant !

La pétition qui permet de rallier la flottille qui se dirige vers la base militaire à Cuba est toujours disponible sur Internet : http://amnesty.textdriven.com/guantanamo/home/

Action restitutions en Europe

Amnesty a lancé une action auprès des députés français au Parlement européen dans le cadre de la mise au vote en Assemblée plénière du rapport « Fava » (du nom du rapporteur) sur l’implication des Etats membres de l’UE dans la pratique des restitutions (transferts illégaux de détenus, détentions au secret…). Ce vote a eu lieu le 14 février. Amnesty soutient tout particulièrement l’une des demandes de ce rapport, à savoir l’ouverture d’enquêtes indépendantes. Nous avons participé à cette action, sur laquelle nous recevrons prochainement des informations.

4- Territoires occupés/Autorité palestinienne : Entre crise humanitaire et occupation ; comment simplement survivre?!

Plus d’un an a passé depuis que l’accord sur le mouvement et l’accès (Agreement on Movement and Access – AMA) a été signé entre Israël et l’Autorité palestinienne le 15 novembre 2005. Cet accord était destiné à faciliter la circulation des personnes et des biens à l’intérieur des Territoires Palestiniens Occupés et à la frontière entre Gaza et l’Egypte. L’objectif était de promouvoir un développement économique pacifique et d’améliorer la situation humanitaire des Palestiniens. La gravité de la crise sur le terrain témoigne du contraire. Par exemple, le point de passage de Rafah reste souvent fermé et les 1,5 millions d’habitants de la Bande de Gaza continuent d’être empêchés de sortir. Ceux qui arrivent à sortir retrouvent souvent le point de passage fermé à leur retour et restent en rade du côté égyptien pendant des jours sans pouvoir rentrer. Quant au passage de Karni, en 2006, il a été fermé 53% du temps, avec en moyenne seulement 12 camions exportés par jour – ce qui représente moins de 8% de l’objectif fixé pour 2005 dans l’accord AMA et moins de 4% de celui fixé pour 2006 – et moins de 4% de la récolte à exporter de Gaza. Les importations ont été restreintes de la même manière, avec des produits de base ne pouvant pas entrer. Les effets de cette politique continuent de détériorer gravement la situation humanitaire des Palestiniens dans la Bande de Gaza, alors que ceux-ci souffraient déjà de la confiscation des taxes de l’AP par Israël et de la coupure des aides par les donateurs internationaux, et de plus en plus des violences inter factions entre Palestiniens. De telles fermetures ont conduit à des ruptures de disponibilité de produits de base et à la hausse des prix. La situation ne s’est pas améliorée en 2007, les entrées et sorties de Palestiniens de la Bande de Gaza restant sévèrement limitées.

Les membres du groupe ont été sollicités par émail pour intervenir auprès des autorités israéliennes afin qu’elles mettent fin à ces restriction de circulation qui rendent la vie des palestiniens intenable et qui les ruinent.

Une autre intervention a été consacrée aux bombes à sous-munitions au Liban pour lesquelles les mêmes autorités refusent de donner les indications permettant de les localiser.

5-Enfants

Les enfants soldats au devant de la scène : Conférence Internationale de Paris- Collectif Français contre l’utilisation d’enfants soldats
Une conférence internationale s’est tenue les 5 et 6 février à Paris pour mobiliser les Etats et les organisations et tenter de faire cesser le drame des enfants soldats, utilisés dans de nombreux conflits armés, et dont le nombre est estimé à environ 300.000 à travers le monde. Co-présidée par le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, et la directrice générale de l'Unicef, Ann Veneman, elle réunissait des représentants de 30 ONG, 58 Etats et 70 représentants d’organisations intergouvernementales qui ont réaffirmé leur préoccupation sur le sort des centaines de milliers d’enfants qui sont encore recrutés pour combattre autour du globe.

Les Principes de Paris , à l’intention des Etats et des acteurs de terrain, devront désormais servir de référence pour les futurs programmes formels ou informels de démobilisation d’enfants. Les innovations concernent principalement les filles soldats, les communautés d’accueil et la lutte contre l’impunité. Amnesty International se félicite ainsi de la confirmation du procès de Thomas Lubanga, accusé par la Cour pénale internationale de crime de guerre pour le recrutement d’enfants de moins de 15 ans.

Une déclaration politique, signée par les 58 Etats présents à la Conférence, et intitulée « les engagements de Paris ». traduit les préoccupations des gouvernements et leur volonté de s’engager plus en avant dans la lutte contre l’utilisation d’enfants lors de conflits.

Si les Principes et les Engagements de Paris sont une avancée fondamentale dans la prise en compte de cette situation dramatique, beaucoup reste encore à faire et la Conférence de Paris a échoué sur des questions préoccupantes comme par exemple l’enrôlement par les forces armées gouvernementales.
AIF se félicite cependant de la prise de conscience internationale de la situation des enfants soldats. La Conférence de Paris a montré que seule la mobilisation d’Etats et des organisations internationales permettra de mettre fin à l’une des pires violations des droits des enfants.

On peut lire tous les détails dans le communiqué de presse : http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/communiques_de_presse/conference_sur_les_enfants_soldats

L’agence TBWA Paris a proposé une campagne de sensibilisation, à l'occasion de la journée internationale des enfants soldats du 12 février, pour tenter d'illustrer ce que vivent ces enfants. Cette campagne « 300 000 enfants soldats rêvent juste d’être des enfants » de 3 visuels, réalisée comme un photo reportage, veut nous faire plonger dans le quotidien et l'horreur vécue par ces enfants.

  • Le dépliant de diffusion « Inform’action » sur les enfants soldats est disponible sur commande dans les centres ainsi que le CD « No Child Soldiers».
  • Une AU concernant le Tibet a été réalisée par le réseau Enfants du groupe.

6- Colombie – une défenseure assassinée, les membres d’une organisation de femmes menacées

Amnesty International condamne l’assassinat, le 31 janvier dans la ville de Montería, dans le département de Córdoba, de Yolanda Izquierdo, défenseure des droits humains. Des hommes armés, que l’on soupçonne d’être en lien avec des groupes paramilitaires soutenus par l’armée, ont tiré à plusieurs reprises sur elle.

María Jackeline Rojas Castañeda et Gloria Amparo Súarez, également défenseures des droits humains et membres de l’Organisation Populaire des Femmes (Organización Femenina Popular, OFP), auraient récemment reçu des menaces de mort de paramilitaires opérant avec le soutien de l’armée à Barrancabermeja. Amnesty International est gravement préoccupée par la sécurité de ces femmes. Action en ligne sur le site web : http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/actualites/defenseur_en_colombie_impossible_pari

Une nouvelle action sous forme de cartes concerne 4 autres femmes défenseures des DH. Elle se prolongera jusqu’en décembre.

7- Chine

L’envoi de lettres et de cartes se poursuit en faveur de l’ingènieur He Depu.
Par ailleurs, la dégradation actuelle des relations entre la Chine et les Etats-Unis concerne exclusivement des problèmes commerciaux, et en rien ceux liés au non respect des droits humains par la Chine.

8 - Mexique

- Lors de la Table ronde du 8 mars, nous diffuserons le rapport « Violences envers les femmes et déni de justice dans l’Etat de Mexico ».
- Nous avons adressé des courriers aux autorités fédérales et étatiques suite aux 23 cas de violences sexuelles commises pendant l’opération de police à Texcoco et San Salvador Atenco.

9-Le Darfour reste une priorité

Une lettre signée par 19 ex chefs d’état ou de gouvernement, ajoutant leur voix à l’appel mondial visant la mise en place d’une force de maintien de la paix efficace et dotée d’un solide mandat de protection au Darfour, a pu être publiée dans de grands journaux nationaux africains en Afrique du Sud, Ethiopie, Nigeria, Zambie, Gambie, Mali et Egypte. AIF avait obtenu la signature du Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf. Par ailleurs, AI s’est mobilisée pour mettre en garde l’Union africaine contre l’élection du Soudan à la présidence de l’UE. Lors du sommet de l’Assemblée de l’UE (Addis-Abeba – 29 et 30 janvier), les chefs d’Etat africains ont élu le président ghanéen.

AI s’est également adressée aux membres nouvellement nommés de la Mission de haut niveau du Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour agir rapidement et concentrer leurs efforts sur la protection des civils

 

Prochaine réunion mardi 3 avril à 18 heures 30
Mairie de Montbonnot