LA LETTRE D'A.I.
Bulletin d'information du groupe 248

N° 182 - mars 2004

        SOMMAIRE  


I - Après le Congrès.
II - Groupe 248
III - les actions
IV - Nouvelles de la Section française

 

 

 


I- APRÈS LE CONGRÈS.

Plus de 600 congressistes de la Section française d'Amnesty se sont réunis dans la ville rose les 5, 6 et 7 mars, venus de toutes les régions, hommes et femmes de tous âges, avec une forte proportion de jeunes. La grande salle du Centre de Congrès Pierre Baudis était comble lors des séances plénières, ainsi que la salle à manger. Pourtant, l'excellence de l'organisation mise sur pied par les groupes de Toulouse et de tout le secteur Aquitaine a été telle que tout s'est déroulé de façon parfaite. Les Lyonnais, qui vont avoir à accueillir le prochain congrès, auront fort à faire pour égaler, ou surpasser, qui sait, le niveau atteint par les toulousains, et il n'est pas impossible qu'ils demandent du renfort à Grenoble.
Le cadre de la ville incitait à la flânerie malgré le crachin tenace et le vent frisquet, et les congressistes auraient bien voulu participer à la manifestation déplorant la mort de Claude Nougaro qui a rempli la place du Capitole, mais ils étaient venus pour travailler, et l'ordre du jour était des plus fourni.
Le résultat de ces travaux, cela a été en premier lieu de donner quitus à l'équipe sortante pour sa gestion, ce qui a été fait à la quasi-unanimité. Il a été ensuite procédé (l'ordre de cet exposé n'est pas chronologique), à l'élection d'un nouveau Bureau exécutif, avec comme présidente Geneviève Sevrin. Elle a 42 ans, elle est mère d'une fille, et elle est la directrice des relations et coopérations internationales au Conseil régional Nord Pas-de-Calais. Elle a parcouru tous les échelons de responsabilité d'Amnesty, et est entrée en 2002 au Bureau exécutif. Les deux Vice-présidents sont Daniel Genevois, 42 ans, célibataire, handicapé moteur, membre du bureau exécutif depuis novembre 2000, et Jean Thébaud, 46 ans, ingénieur électronicien, célibataire, au Bureau exécutif depuis 2000, ancien trésorier de la section. Sa fonction est reprise par Claude Pénotet, 52 ans, enseignant, marié, nouveau venu au Bureau exécutif. Les autres élus sont Michelle Bouin, Aline Godchaux, et Alain Korenblitt, eux aussi nouveaux arrivants.
Le congrès s'est partagé en quatre groupes de travail pour examiner les différents points du Plan de la section française et les résolutions qui lui étaient soumises. Les quatre envoyés du groupe se sont répartis la tâche. Le groupe C " Militantisme et communication " a accepté à une forte majorité les propositions concernant les modifications des statuts et du règlement intérieur. Le groupe D " Ressources humaines et financières " a également approuvé les mesures qui lui étaient proposées. Les comptes de la section présentent un excédent de 85.910 euros. Mais il va falloir faire face à une augmentation de la contribution internationale de 100.000 euros l'année prochaine, et encore de 200.000 euros dans deux ans. Parmi les points soumis au groupe B " Stratégie des droits humains " figurait la résolution présentée par le Bureau exécutif sur l' " approche globale ". Au début de la discussion, il a présenté sous forme d'amendement un texte qui était en fait une résolution différente de la résolution primitive. Le groupe a donc refusé de l'examiner. La raison de ce faux-pas est que les responsables de la SF se sont rendus compte qu'ils ne disposaient de la part du SI d'aucune précision sur ce qu'on entend par " approche globale ", et qu'il était impossible d'avoir une discussion valable faute du minimum d'information. Il fallait donc essayer de gagner du temps. Cette tentative ayant échoué, c'est la résolution primitive qui a été examinée, et à la suite d'un long débat, elle a été refusée par plus des deux tiers des votes, ce qui lui a interdit d'être proposée à l'assemblée plénière. Il apparaît donc que, sans refuser d'évoluer, la base amnestienne aborde avec beaucoup de circonspection l'élargissement des missions qui lui sont proposées, et exige en tout cas de savoir à quoi elle s'engage. Le groupe A " Recherche et action " avait à examiner des résolutions importantes, en particulier celle concernant le travail sur son propre pays. Les votes se sont toujours situés dans la fourchette 40-66%, ce qui fait que toutes les questions qu'il a abordées ont été présentées en plénière pour rediscussion. L'horaire de notre train ne nous permettant pas d'y assister, nous ignorons le sort qui leur a été réservé.

En plus de ce travail de fond, le congrès a également été l'occasion de rencontres sur différents thèmes, et de témoignages : celui d'un militant togolais des droits de l'homme qui a dû fuir son pays du fait des persécutions dont il était victime, et qui rend grâce aux rédacteurs des lettres d'intervention qui lui ont probablement sauvé la vie ; celui de Claude Jorda, président de la Cour pénale internationale, qui nous a dit à quel point la création de cette Cour est extraordinaire, et qu'elle aurait été impossible sans la pression des ONG ; celui de Sibil Agrati, directrice de la Fondation Primo Lévi, qui nous a fait découvrir que parmi les anciens torturés dont son organisation s'occupe, il y a de nombreux enfants ; celui de Fahida Fadid, vice-présidente de la section d'Amnesty du Maroc pour qui, malgré les avancées récentes sur la condition féminine, bien des choses restent à faire, la jurisprudence étant toujours extrêmement traditionaliste ; celui enfin de Thierry Dubois, qui, quoique renonçant à poursuivre ses navigations solitaires autour du globe et malgré des relations parfois un peu difficiles avec la SF, compte bien continuer à œuvrer pour les droits humains.

L'image de la section française qui ressort à nos yeux de ce congrès, c'est celle d'une organisation dynamique, motivée, capable de débats de bonne qualité, de se doter de dirigeants de valeur, et qui, encadrée par le plan de 6 ans dont les éléments ont été votés par le congrès, semble en mesure de travailler efficacement à sa mission. Cette image peut nous permettre de surmonter nos découragements ou notre paresse et nous inciter. à participer au travail collectif qui permet de promouvoir et de défendre les droits humains. Nous espérons que la SF sera en mesure de garder et de faire garder au mouvement tout entier un équilibre entre l'immobilisme pur et simple et l'aventurisme d'un plongeon dans un élargissement de son domaine d'action, vague, indéfini, constamment remis en cause, qui est loin d'être redouté uniquement par ses éléments les plus anciens. 

II- GROUPE 248

1- Sources de financement.
L'annulation du concert prévu en mai nous laissait fort dépourvus. Mais il apparaît qu'une association sur le point de se dissoudre envisagerait de faire don de ses ressources de trésorerie à Amnesty. Il reste à préciser les conditions exactes de ce don.
Par ailleurs, le mois de mai ne paraît pas un moment très favorable pour le repas du groupe. La date habituelle à la rentrée serait probablement meilleure : le 9 ou le 16 octobre ? Le lieu serait de toute façon Saint Nazaire. 

2- Inter groupes
" Campagne Femmes
La campagne commence début mars. Nous sommes intéressés par le travail " Solidarité Femmes Grenoble Isère ", une association grenobloise qui a donné le 8 mars " L'autre guerre ", d'Elsa Solal, une pièce écrite à partir de témoignages recueillis au cours des dix dernières années auprès des femmes maltraitées. Le groupe 78 a examiné la possibilité d'y tenir un stand avec les éléments de début de campagne. On verra aussi la possibilité d'autres représentations ultérieures en collaboration avec AI. Par ailleurs, Denise, après la réunion du sous-groupe 78 correspondant, lancera une réunion inter-groupes spécifique campagne Femmes.

" Semaine de la solidarité internationale
Artisans du Monde, qui assure le secrétariat de cette manifestation, nous a invités à la réunion de préparation le 2 mars. Il nous semble intéressant de profiter de cet événement qui est largement annoncé dans la ville. Nous nous sommes fait excuser pour le 2 mars en indiquant que nous pourrions proposer quelque chose dans le cadre de la campagne femmes.

" Colombie
Pas assez de monde sur le stand du 21 février, pour les quelque 3000 disparus, mais des retombées médiatiques significatives.
Pour la Semaine du cinéma colombien, Fernand voudrait savoir le plus rapidement possible quels sont les groupes qui pourraient participer à l'organisation des manifestations. Lui signaler pour chaque groupe le nom d'une personne à contacter.

" ADA
Urgent : L'ADA cherche des bénévoles le vendredi de 9 à 12 heures.

" Agenda
- 13 mars, le Comité Tchétchénie (38 rue St Laurent Tel : 04 76 54 12 30) organise un rassemblement pour protester contre les retours forcés. Venir avec un brassard blanc.
- 21 mars, l'Antenne Jeunes participe au " Printemps des droits humains " en organisant un marathon de lettres sur les femmes disparues partout en France sur 30 heures, du vendredi 20, 12 h. au samedi 21, 18h. (ou plus).
- Les 25, 26 et 27 mars : Festival " Trois jours pour la liberté 2004 ". Programme à suivre.
- 30 mars, concert avec des musiciens tchétchènes, organisé par Médecins du Monde, dans un lieu qui reste à déterminer.
- 27 avril, salle Juliet Berto, documentaire destiné aux lycéens sur le génocide rwandais proposé par Survie Isère.


III- ACTIONS EN COURS

1- Campagne Chine
L'action pour la SF couvrira toute l'année 2004 et se déroulera en deux temps : de janvier à mars 2004, et d'Avril à Juillet 2004. A signaler que " L'année de la Chine " se déroule en France d'Octobre 2003 à Juillet 2004, avec le Nouvel An chinois le 24 Janvier.
Lors de la visite du Président HU Jintao à Paris le 27 Janvier 2004, une liste de prisonniers chinois a été envoyée au Ministère des Affaires étrangères pour lui être remise.
Objectif de l'action : montrer un autre aspect de la Chine, celui des violations des droits de l'homme, dont sont victimes des milliers de chinoises et de chinois.
Pour la première période (janvier à mars), 3 actions concernant l'emprisonnement de personnes ayant utilisé Internet. Des exemplaires de ces cas d'appel sont à votre disposition auprès de Jean : soulager@wanadoo.fr ou 04 76 90 23 09.
Matériel : 2 dépliants. L'un, disponible sous peu (en commande), exposant les préoccupations suivantes : le Tibet, les droits des travailleurs, le sida, Hongkong et les internautes. Le second, en mars, reprendra : le Xinjiang des Ouïgours, les détentions administratives, les militants politiques et défenseurs des droits de l'homme, la torture, la peine de mort, le droit d'asile…
A signaler, entre autres, outre " la Chronique " de Janvier 2004, " La Chine ", un document public d'Octobre 2003, et un numéro spécial de National Geographic, mais qui traite le sujet uniquement d'un point de vue géographique.

2- Campagne " Halte à la violence contre les femmes " 
Cette campagne a été lancée le 5 mars avec pour slogan " Les droit humains s'accordent aussi au féminin ". Elle entre dans le cadre d'une campagne permanente sur le droit des femmes. 
Elle est ciblée sur les violences faites aux femmes :
- dans les conflits armés
- dans les cadres familiaux et domestiques.
Elle durera deux ans et comportera quatre phases :
-jusqu'en septembre 2004 : violences contre les femmes avec des actions sur le Rwanda, la Turquie, les Caraïbes, la Serbie Monténégro et l'Irak (1er rapport)
-d'octobre 2004 à mars 2005 : droits des femmes et conflits armés (2ème rapport)
-de mars à septembre 2005 : la nécessaire protection des défenseurs des Droits des Femmes et des défenseures des DH (3ème rapport)
-d'octobre 2005 à février 2006 : arrêter la violence contre les femmes dans les familles (4ème rapport). 
On va s'appuyer sur le concept d'obligation des Etats à intervenir en leur demandant de mettre leurs lois en conformité avec les normes internationales (due diligence- ou diligence due selon la traduction EFAI).
Les actions seront entreprises parallèlement avec la sortie des rapports.
Deux supports pour la SF :
- un court métrage de marc LEVY
- un documentaire réalisé par deux journalistes, collaborateurs de la Chronique, qui livrera des témoignages de femmes de différents pays.

Dans le groupe, c'est Nathalie qui a pris en charge cette campagne. 

3- RAN Amérique centrale
Une action est en cours.
4- RAN Pays andins
Nous participons à la journée pour la libération d'Ingrid Betancourt et des 3700 autres otages.

5- Enfants
Le huitième bulletin de la commission enfants qui vient de sortir porte sur les enfants soldats. Il faut savoir que certains de ces enfants sont recrutés dans les pays occidentaux, et même en France.
Des actions sont en cours pour les mineurs condamnés à mort au Pakistan et aux USA.

6- Israël et TO
Une importante campagne a lieu sur le " mur ", sous l'égide de la Plate-forme des ONG françaises pour la Palestine, dont Amnesty fait partie. Elle se traduit pour le moment par une pétition sur les conséquences catastrophiques que ce mur provoque pour les Palestiniens. Le texte en sera communiqué aux élus. Un document public a été publié le mois dernier sur cette question. La coordination Israël-TO a une importante production qu'on peut se procurer à partir du site de la SF.


IV- INFORMATIONS DE LA SECTION FRANCAISE

" Bonne nouvelle : deux prisonniers d'opinion de la minorité religieuse Ahmadi pour lesquels AI était intervenu ont été libérés au Pakistan.

" Autre bonne nouvelle : La relève arrive ! Les Antennes Jeunes d'Amiens et d'Orléans, qui avaient fermé depuis deux ans, viennent de se reconstituer. Des étudiants à Nice et à Evry veulent en créer une également. A l'école américaine de St Cloud, une équipe veut officialiser son existence en tant qu'Antenne Jeune… Au total, si toutes les créations se concrétisent, il y aura 30 Antennes Jeunes…du jamais vu !
Amnesty propose également la participation aux réseaux Jeunes d'Actions urgentes, et , pour les moins de 18 ans, le statut Espoir, qui ne demandent ni adhésion à Amnesty, ni participation financière, mais témoignent d'une volonté d'engagement citoyen.


" Réfugiés : Le bilan annuel de l'asile aux frontières diffusé par le Ministère de l'Intérieur fait état en 2003 de 5 912 demandes d'asile (7 786 en 2002). 98% sont déposées à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle. 72% des demandeurs ont été admis sur le territoire.
Un certain nombre de pays, dont la France, mettaient en cause les notions, contenues dans la loi du 10 décembre 2003, de " pays d'origine sûr ", de " pays tiers sûr ", de " portion sûre " d'un pays, ou de " pays voisin sûr ", comme " concepts étrangers à notre tradition juridique ". Ils demandent pourtant maintenant d'en établir la liste " dans les meilleurs délais ".

" L'extrême pauvreté est une violation des droits humains : C'est le titre de la déclaration d'engagement à lutter contre l'extrême pauvreté qu'à l'occasion du 50ème anniversaire de l'appel de l'Abbé Pierre, la section française a lancé à ses côtés le 1er février 2004.
Cette prise de position n'aurait pas été possible avant l'ouverture de la mission d'AI aux DESC.

" Le point sur les Yakas : L'opération a débuté en France en juillet 2002, à l'imitation de la section belge. 6 opérations de sensibilisation et d'approche directe du public ont été mises en place, chronologiquement : Paris- Bordeaux- Lyon- Marseille- Montpellier- puis Paris à nouveau. Lors des 5 premières opérations, les équipes Yakas ont pu collecter les coordonnées de 3 000 personnes intéressées. En outre, plus de 1 100 autres personnes sont devenues membres d'Amnesty. Mais le sont-elles resté ? Eh bien, oui pour 43% d'entre elles, au bout de plus d'un an. Cela encourage donc à continuer. Que les volontaires lèvent la main !

" 10 ans déjà ! : Le génocide rwandais a commencé au début du mois d'avril 1994. Ce génocide était programmé depuis longtemps. Il ne fait aucun doute que ses auteurs avaient pour but la disparition complète du groupe tutsi et des " traîtres " hutus. Mais les grandes puissances, dont la France, ont une part de responsabilité dans le massacre. 
Amnesty publie un document de 4 pages, et propose aux groupes d'envoyer une lettre au Président Chirac pour lui demander de reconnaître la part de responsabilité de la France, et d'en tirer les conséquences pour l'avenir.

" L'action Algérie se poursuit: 114 groupes ont accepté de poursuivre leur implication sur l'Algérie en commençant par une action liée à l'élection présidentielle d'avril.

" Formation DESC : Le 24 avril, de 10h à 18h, au Secrétariat national.


Prochaine réunion le 1er avril