LA LETTRE D'A.I.
Bulletin d'information du groupe 248

N° 177 - septembre  2003

        SOMMAIRE  

I - Conseil international de Mexico
II - Groupe 248

III - Les actions
V - informations diverses

 

 

I- LE CONSEIL INTERNATIONAL DE MEXICO

 

L’interruption des vacances n’a pas permis de transmettre les dernières informations concernant la préparation du Conseil international, en particulier le compte-rendu du « Forum international » de la Section française, qui s’est tenu le 21 juin. Quoique le Conseil International ait maintenant eu lieu, du 16 au 23 août, il reste intéressant de présenter les principaux points traités dans ce Forum, car d’une part, c’est une bonne introduction aux questions traitées par le Conseil international, et d’autre part, cela donne un aperçu de la façon dont la Section française envisage les problèmes généraux du mouvement et réagit à leur égard. Les résultats du Conseil international seront présentés très prochainement.

Francis Perrin a inauguré le Forum, qui réunissait 140 participants (membres de la délégation, membres du Bureau exécutif, membres de la Commission « International », membres du Secrétariat national, conseillers nationaux, membres de groupes), en rappelant le déroulement classique d’un CI : examen et vote des rapports, des résolutions et du budget, du Plan stratégique intégré qui fixe les objectifs d’Amnesty pour 6 ans, élection du Comité Exécutif pour 2 ou 3 ans.

  Le Plan stratégique intégré comporte une cinquantaine d’objectifs. Le dernier développement notable le concernant s’appuie sur une proposition intéressante de la Section des Pays Bas : celle d’un « programme central » désignant une sorte de tronc commun à toutes les sections se déclinant en 7 points.

Les résolutions sont au nombre d’une cinquantaine, dont 13 émanent du CEI. On peut les regrouper en trois ensembles, par leur sujet :

-          la recherche, qui fait l’objet de 7 résolutions, dont 3 proviennent de la Section française

-          le travail d’AI sur les personnes ou catégories de victimes « à risques »

-          le recours à la force armée, ainsi qu’une résolution sur les armes nucléaires

Par ailleurs, trois résolutions portaient sur les finances, une vingtaine sur l’organisation. Elles pouvaient être regroupées en quatre grands sujets :

-          un révision de la politique de développement, l’objectif étant de faire croître le nombre de militants.

-          de nouveaux modèles d’organisation, qui restent à définir.

-          la collecte de fonds à améliorer

-          la  démocratie interne.

  D’autres questions portaient sur la prise de décision sans que le mouvement ait été consulté et sur le choix des priorités.

  Les participants au Forum se sont ensuite partagés entre plusieurs ateliers. Il vaut la peine de s’arrêter sur celui consacré à « la position d’Amnesty sur le recours à la force »  Il faut rappeler que depuis sa création, Amnesty a adopté sur cette question la position du « non/non », « ni pour/ni contre ». Cette position, confirmée en 1997 par le CI du Cap, a été remise en question récemment par certaines déclarations du SI ajoutées aux trois résolutions proposées par le Canada, l’Italie et le Maroc.

La consultation faite auprès des groupes de la SF a donné les résultats globaux suivants, sans entrer dans le  détail des questions annexes : 214 groupes ont répondu. 117 , soit 56% ont voté oui au maintien de la position actuelle ; 71, soit 34%, ont voté non, les autres s’abstenant. Le vote d’orientation effectué auprès des membres de l’atelier après une discussion approfondie, et parfois vive, a donné des résultats comparables. Qu’en a-t-il été au  Conseil International ?

  Devant ce même Conseil, le Bureau Exécutif devait rendre compte de ses activités depuis son élection au Congrès de Dakar, il y a deux ans de cela. La lecture de ce rapport permet de voir quels ont été les principaux problèmes auxquels Amnesty a été confrontée, et quels sont les défis auxquels elle devra faire face dans les prochaines années.

Moins d’un mois après le Congrès de Dakar, le CEI a dû faire face aux conséquences du 11 septembre, y compris la guerre en Irak, qui ont constitué une remise en cause des « règles du jeu » établies après la deuxième guerre mondiale. Comment concevoir désormais la notion de « crime contre l’humanité », comment définir la « guerre contre le terrorisme », quelle attitude adopter devant le recours à la force en Irak, etc.

Le CEI a consacré également beaucoup d’énergie à construire un projet de Plan stratégique intégré à temps pour le CI de Mexico. Parachever ce plan sera une des principales tâches du prochain CI.

L’élaboration de la politique d’AI et la prise de décision doivent être adaptées au contexte mondial actuel et aux nouvelles missions d’AI. Il serait sans doute bon de créer des comités ad hoc pour étudier les sujets particuliers et mettre en place des processus de consultation plus appropriés.

En ce qui concerne les Droits économiques, sociaux et culturels, le CEI a mis en place un groupe de travail qui a proposé une stratégie qui est reflétée dans le projet de PSI. L’engagement du mouvement à l’égard des DESC a permis à AI d’être présente au Forum social mondial de Porto Alegre ainsi qu’au Forum économique de Davos.

Les efforts pour le développement n’ont pas été couronnés de succès : le nombre de membres est demeuré à peu près constant. Le CEI pense que des changements radicaux de politique sont nécessaires.

Les changements apportés dans l’organisation de la recherche semblent avoir été avantageux malgré l’abandon de la couverture minimum, mais il faudrait accentuer les efforts pour l’Afrique du Nord, le Moyen Orient et le Golfe persique.  

Une nouvelle section, celle d’AI Pologne, est apparue en janvier 2003, mais une autre a dû être fermée, et plusieurs autres connaissent des difficultés. Un groupe de travail spécial a été créé.

Le CEI a soutenu fermement l’Assemblée générale des Jeunes qui devait se tenir à Mexico avant le CI. La moitié des membres d’AI sont des jeunes, qu’il convient d’intégrer le mieux possible.

Parmi les autres sujets traités dans le rapport du CEI, il est noté que le problème du travail des sections sur leur propre pays n’est pas résolu pour des raisons concrètes de mise en place. L’éducation aux droits humains fait l’objet d’un ensemble très vaste de recommandations. Enfin, la promotion du multiculturalisme est au cœur de l’élaboration de l’étude sur le développement.

 

II- GROUPE 248

 

·         La participation aux rencontres Brel à St Pierre de Chartreuse les 19 et 20 juillet a été très appréciée.

·         Le groupe sera présent aux Forums des Associations de Crolles et de Montbonnot qui ont lieu le 6 septembre.

·         La semaine de la Solidarité internationale aura lieu du 12 au 23 novembre

·         Le CD-rom « AI Pratique 2 Internet » est disponible.

·         Le groupe « Balades et Découvertes » de Saint-Nazaire donne une représentation de la comédie « Ma femme n’est pas ma femme »  au profit du groupe 248 le 12 novembre à l’Agora de Saint Ismier. Nous espérons y  voir tous ceux qui s’intéressent à Amnesty… et à la comédie de boulevard. Réservez vos places auprès d’Henriette 04 76 92 39 03

·          La réunion transalpine 2003 se tient à Pont Saint Martin en Italie les 27 et 28 septembre. Thème traité : « Les droits humains après le 11 septembre ».

 

III- LES ACTIONS

  1-      Campagne Russie

Une série d’actions urgentes a eu lieu à la fin de juin. Un nouvel envoi du Service campagnes a été reçu en juillet. Il contenait de nombreuses informations , en particulier sur la Tchétchénie, et revenait sur des « thèmes » de la campagne, violences domestiques à l’égard des femmes, et cas de racisme et de discriminations raciales.

La prochaine étape de la campagne Russie sera la publication du troisième et dernier rapport relatif aux graves manquements dans l’accès à la justice. Elle interviendra dans le contexte du scrutin présidentiel en Tchétchénie et des élections législatives en Russie.

La journée du 20 novembre (journée internationale des droits de l’enfant) devrait être consacrée à la question des mineurs en détention.

       2- Amérique centrale

La campagne sur le Honduras continue jusqu’à la fin 2003. La situation dans le pays s’aggrave, d’autant plus que des inondations catastrophiques ont eu lieu. De nombreux jeunes sont à la rue. On en ramasse, on en enferme, et on en retrouve beaucoup morts.

       3- Enfants

Après le succès de l’opération avec Thierry Dubois, la commission Promotion des droits humains  propose le projet « Jeux olympiques : d’Athènes à Athènes ». Des jeunes, en milieu scolaire ou non, s’adresseraient à des athlètes qui deviendraient porteurs d’un message concernant les droits humains. Contacter Janine Taillé : taille@club-internet .fr . Tel :03 20 35 09 27.

       4- Pays andins

Fernand se prépare à partir pour la Colombie du 9 au 27 octobre avec un groupe de 4 ou 5 personnes de l’Ecole de la Paix afin de rencontrer des Communautés de Paix qui tentent de se maintenir à l’extérieur de conflit qui oppose les forces gouvernementales aux FARC, et de leur témoigner leur solidarité.

       5- Femmes

Une action urgente en direction du Guatémala : Norma Maldonado, militante écologiste, ainsi que les membres de Mama Maquin, organisation de défense des droits des femmes, sont menacés , harcelés et soumis à des actes d’intimidation graves du fait de leur opposition au plan Puebla Panama, et à ses  conséquences sociales et environnementales.

     6- Israël et Territoires occupés.

Amnesty a publié le 4 juillet un document public intitulé « Israël doit mettre fin à sa politique d’assassinats ». Les autorités israéliennes assassinent en effet des Palestiniens sans que les preuves de leur culpabilité soient établies, sans qu’ils aient pu disposer de moyens de défense, et les actions à leur encontre provoquent de graves dommages pour leur entourage. Les moyens utilisés ne sont pas reconnus par le droit international, alors qu’Israël dispose de moyens légaux pour faire face aux menaces. Depuis le premier assassinat de ce type, en novembre 2000, plus de cent Palestiniens ont été tués de cette manière, et de nombreux autres dans leur entourage ont été tués ou blessés. Globalement, depuis le début de la deuxième intifada, 750 Israéliens ont été tués, dont 93 enfants, et plus de 2.000 Palestiniens ont péri, dont 380 enfants.

  Par ailleurs, une action « Survivre sous l’état de siège. Conséquences et restrictions de circulation sur le droit au travail » va durer de septembre à décembre 2003. Son but est :

– de mettre fin aux restrictions de circulation disproportionnées de façon à ce que les Palestiniens puissent exercer leur droit au travail.

-de mettre fin à la construction et à l’extension de colonies israéliennes dans les TO

-d’évacuer les civils israéliens des colonies des TO

-de mettre fin à la construction de la barrière/mur.

Cette campagne, lancée le 8 septembre à Jérusalem, consistera essentiellement en travail de sensibilisation auprès du public et d’autorités diverses, et en courriers. Des précisions seront données ultérieurement.

       7- MSP

Une campagne pour un traité international sur le commerce des armes aura lieu d’octobre 2003 à mars 2004.

       8- Youri Bandazhevsky

La situation semble évoluer favorablement. Du fait de la dimension qu’elle a prise sur le plan international, elle devient en effet de plus en plus difficile à gérer pour les autorités biélorusses. Dans le pays lui-même, les interventions en faveur de la libération de Youri se multiplient, en particulier venant de l’Assemblée nationale biélorusse. La venue à Minsk d’une délégation du Parlement de Strasbourg le 14 septembre hâtera peut-être les choses. Une difficulté provient de ce que Youri, qui ne se reconnaît pas coupable de concussion, refuse de demander une grâce. Il a été proposé pour le Prix Sakharov 2003

Dernière nouvelle : Nous avons eu le bonheur de recevoir une lettre de sa main le 6 septembre mais le mardi 9 il a eu un malaise cardiaque alors que sa femme avait un droit de visite de trois jours et on a dû le ramener en prison où il avait ses médicaments.

     9- Année de l’Algérie

Une exposition sur l’Algérie se tient durant la première quinzaine de septembre à la Bibliothèque de Crolles. Le vernissage avec une lecture des Lettres d’Algérie » a eu lieu le 5 septembre.

       10- Irak

Amnesty a suivi le déroulement de la crise irakienne avec une extrême attention, et elle est intervenue à de multiples reprises. De ce fait, elle figure en bonne place dans les discussions sur les droits humains dans ce pays. Mais la situation étant entrée dans une nouvelle phase, AI a décidé de mettre officiellement fin à son action de réaction à la crise. Pour la suite, une stratégie à trois volets est en cours d’élaboration. Amnesty s’attachera à ce que justice soit rendue aux victimes des « disparitions » ; elle mettra en évidence les responsabilités des puissances occupantes en attirant l’attention sur la situation des détenus et les mesures à prendre pour faire face à l’insécurité, et elle apportera sa pierre aux discussions sur la reconstruction, notamment en ce qui concerne la réforme du secteur de la justice.

En ce qui nous concerne, nous aurons à décider si nous continuerons à travailler sur l’Irak selon les nouvelles formes qui nous seront proposées.

       11- Tadjikistan

Une pétition pour promouvoir l’abolition de la peine de mort au Tadjikistan circule jusqu’à la fin du mois de novembre

 

IV- LES INFORMATIONS.

 

1-      Tunisie. Rapport : « Le cycle de l’injustice »

En Tunisie, les opposants ou détracteurs présumés du gouvernement continuent d’être victimes d’arrestations arbitraires, de détention au secret sans être autorisés à entrer en contact avec leurs proches ou avec un avocat, d’actes de torture et d’emprisonnement à l’issue de procès inéquitables. Plusieurs centaines de prisonniers politiques, pour la plupart des prisonniers d’opinion, ont été soumis à un traitement discriminatoire et arbitraire au cours des dix dernières années. L’absence d’indépendance du pouvoir judiciaire et les irrégularités dans le fonctionnement de la justice qui en découlent permettent à ces pratiques de se perpétuer, de même que le climat général d’impunité.

Ce nouveau rapport d’Amnesty fait le point de façon précise sur la situation judiciaire désastreuse du pays, présente un certain nombre de cas particulièrement scandaleux et avance les recommandations concernant les mesures nécessaires pour remédier aux errements actuels.

 

2-      Contacts extérieurs

AISF a été reçue par les Ambassadeurs de Bosnie et de Bulgarie (fin juin, début juillet), du Chili (fin juillet) et par le directeur de l’OFPRA. Elle aura aussi une audition devant la Commission des Lois du Sénat.

 

     3- AISF et les travaux du CNDD

Mis en place au début de cette année, le Conseil national du développement durable , dont AISF est l’un des 90 membres a remis au printemps son premier rapport au gouvernement. Pour AISF, l’objectif à ce stade était d’instiller dans la notion de développement durable, souvent dominée par le « pilier » environnemental, la prise en compte des droits humains, ce qui s’est traduit par de nombreuses références dans le rapport.

 3-      Berlusconi et nous

Vous êtes encouragés à envoyer à l’actuel président du Conseil de l’Union européenne une carte lui demandant  d’user de son influence pour que celle-ci se dote d’un véritable programme pour les droits humains.

On peut en trouver le texte sur le site d’AI www.amnesty.asso.fr    

 4-      Formation militants

·         Institutions financières internationales (niveau 1) : samedi 13 septembre  

·         Diffusion des produits : samedi 18 octobre

·         Droit d’asile en France vendredi 21 novembre après-midi et samedi 22 novembre.

  Carnet blanc : Antoinette Chahine a obtenu avec succès des diplômes de français langue étrangère à la Sorbonne et s’est mariée le 15 août avec Joseph, enseignant libanais ; pour ceux qui veulent lui envoyer un message d’amitié, voici son adresse : Antoinette Chahine, rue Chami, immeuble Tanios Zaarour, Jbeil, Liban  

Prochaine réunion le 2 octobre